Dis Mademoiselle Grenade, qui est Patricia van der Vliet ?

Qui est Patricia van der Vliet ?

 

Patricia van der Vliet est un jeune mannequin talentueux à qui tout réussit en dépit d’une maladie lourde qu’elle combat avec beaucoup de courage pour réaliser ses rêves.

Patricia van der Vliet voit le jour le 14 juillet 1989 dans la ville de Zaandam, située dans le nord des Pays-Bas.

Lorsque le concours Next Top Model est organisé aux Pays-Bas, elle décide de se présenter afin de tenter sa chance. Le concours de mannequinat Next Top Model débute par des auditions qui visent à sélectionner des candidates qui intègrent ensuite une télé-réalité durant laquelle plusieurs apprenties mannequins sont mises en compétition. Par la suite, les spectateurs sont invités à éliminer au fil des semaines, les candidates qu’ils affectionnent le moins. Patricia parvient à se hisser en finale lors de la sélection et est choisie pour intégrer la maison au sein de laquelle les finalistes du concours sont accueillies et hébergées.

Souffrant de la maladie de Crohn, Patricia est contrainte durant l’émission d’accepter une hospitalisation. Cette absence momentanée du jeu lui est fatale puisqu’à son retour elle est éliminée de la compétition en raison du faible nombre de vote enregistrée pour son nom. Cette expérience s’avère mitigée pour Patricia car les professionnels qui travaillent avec les finalistes de la compétition vantent sa beauté et constatent son potentiel.

En revanche, le caractère de Patricia fait l’objet de plusieurs critiques car il est considéré comme trop fade et trop lisse pour être en mesure de lui permettre de percer dans le monde de la mode.

En 2010, elle défile néanmoins pour de nombreuses maisons de mode parmi lesquelles Sonia Rykiel, Kenzo, Dries Van Noten, Nina Ricci. La même année, Patricia décroche la couverture de l’édition japonaise du magazine Vogue.  

 

Patricia Van der Vliet par Alexander Neumann pour  Harper’s Bazaar Amérique Latine Avril 2013.

 

En 2011, Patricia reçoit encore davantage de sollicitations et défile notamment pour Chanel, Yves Saint Laurent, Givenchy, Dolce & Gabbana, Burberry, Giorgio Armani ou encore Alexander McQueen. Elle décroche également quelques temps plus tard, la une de l’édition française du magazine de mode Elle, ainsi que la une du magazine Grey Magazine.

En 2011, Patricia s’engage pour la protection de la planète et les droits fondamentaux de l’être humain. A ce titre, Patricia met sa notoriété au service de l’organisation non-gouvernementale britannique Environmental Justice Foundation. Cette collaboration donne lieu à la vente de tee-shirt blanc réalisés en coton issus du commerce équitable dessinés par Takada Kenzo.

En 2013, elle participe à de nombreux défilés de mode pour les marques Dennis Basso, Badgley Mischka, Cushnie et Ochs ainsi que Jen Kao.

En 2014, Patricia prête son visage à la marque de cosmétiques MAC pour une grande campagne publicitaire.

En 2016, l’édition vietnamienne du magazine Elle sollicite Patricia pour figurer en une de son numéro de mars.

Patricia van der Vliet n’est pas prête de retomber dans l’anonymat. L’engouement des marques et des maisons de mode à son sujet laisse au contraire présager que cette jolie mannequin n’en est qu’au début de sa carrière. Elle est d'ailleurs actuellement le nouveau mannequin qui monte et qui promet de faire encore  parler d’elle d’ici très peu de temps.

 

Patricia Van der Vliet par Alexander Neumann pour Harper’s Bazaar Amérique Latine Avril 2013.Patricia Van der Vliet par Alexander Neumann pour Harper’s Bazaar Amérique Latine Avril 2013.

Patricia Van der Vliet par Alexander Neumann pour

Harper’s Bazaar Amérique Latine Avril 2013.



Laisser un commentaire

Sur le même sujet :

Construire la garde-robe parfaite pour le travail. 
Construire la garde-robe parfaite pour le travail. 
Que vous travailliez dans un cabinet d’avocats, dans une association à but non lucratif ou à la maison, il est import...
Lire la suite :
Des idées et des tenues… Au fil des ans.
Des idées et des tenues… Au fil des ans.
Vous souvenez-vous des années 1970 ? Nous sommes prêts à parier que oui. Dans les années 1970, les couleurs étaient «...
Lire la suite :
Une garde-robe professionnelle qui fonctionne vraiment !
Une garde-robe professionnelle qui fonctionne vraiment !
Chez Mademoiselle Grenade, nous passons beaucoup de temps à essayer de comprendre notre clientèle et ses besoins. Nou...
Lire la suite :