Dis Mademoiselle Grenade, qui est Claude Montana ?

Dis Mademoiselle Grenade, qui est Claude Montana ?

Dis Mademoiselle Grenade, qui est Claude Montana ?

Biographie : qui est Claude Montana ?

 

Le génie de Claude Montana est d’avoir su tirer parti de son inspiration pour parvenir à insuffler un souffle moderne à une nouvelle génération de jeunes créateurs.

Claude Montana voit le jour le 29 juin 1947 à Paris, au sein d’une famille issue d’un milieu aisé.

Il  accède très tôt à l’apprentissage de l’art, ce qui le poussera après l’obtention de son bac, à s’éloigner de sa famille pour partir vivre à Londres, en Angleterre, où il s’emploie à mettre ses connaissance au service de la création d’une ligne de bijoux composée entièrement de papier mâché. Le travail de Claude est alors remarqué par des magazines de mode, au nombre desquels le magazine de mode Vogue.

À la fin des années 60, Claude rentre en France car ses créations ne lui ont pas permis de rencontrer le succès escompté. Il tente alors de se faire un nom en réalisant des croquis et dessins de mode qu’il vend à des magazines. Cette expérience lui permet de rejoindre l’équipe de création du couturier John Voigt qui travaille pour la maison de mode Max Douglas. Claude Montana y apprend à travailler le cuir, tant du point de vue de sa coupe, que du point de vue de son emploi en terme de création et de confection.

En 1975, il présente sa première collection à l’occasion d’un défilé qu’il organise. Ses créations sont immédiatement repérées par de nombreuses rédactions de magazine de mode qui lui font d’excellentes publicités en mettant en avant ses pièces qui sont parfois portées par les mannequins en unes des magazines. L’enthousiasme des rédactions d‘un grand nombre de magazines lui permet de se faire connaître à l’étranger. Claude Montana ne tarde pas à rencontrer le succès dans de nombreux pays.

En 1979, il inaugure sa marque. Il commence à travailler sur ce projet avec un partenaire qui le connaît parfaitement puisqu’il s’agit de sa propre sœur. La connivence qui règne entre eux et leur complémentarité contribuent au succès rapide de la marque.

Dans les années 80, le styliste fait ainsi partie des couturiers les plus admirés. Il met alors à profit sa notoriété pour prendre des risques à l’occasion de ses défilés qui sont autant d’occasion de mettre en scène d’incroyables shows parfaitement maîtrisés. Le créateur se plaît également à oser les créations les plus folles et les plus avant-gardistes. Il se plaît à donner forme à des pièces inspirées de l’architecture, à souligner la taille de ses mannequins en créant des épaules oversizes qu’il associe à des silhouettes à la taille de guêpe.

En 1990, Claude est démarché par la maison de mode Dior qui souhaite le nommer directeur artistique. Claude reçoit également une proposition émanant de la marque Lanvin. C’est cette dernière offre qu’il accepte. La collaboration entre Lanvin et Claude s’avèrera fructueuse. Claude Montana demeure cependant un esprit libre et se sent rapidement à l’étroit au sein de la maison Lanvin. Il quitte donc celle-ci après lui avoir permis de remporter plusieurs récompenses destinées à saluer la technicité incroyable de ses créations.

En 2000, Claude est contraint de renoncer à la maison de mode qu’il a fondé, à la suite de nombreux problèmes financiers. Le styliste renonce également à cette occasion, à sa marque de prêt-à-porter éponyme.

En 2014, le créateur Dries van Noten saisit l’opportunité de son exposition au musée des arts décoratifs de Paris, pour saluer le travail de l’immense Claude Montana.

Les hommages au travail de Claude Montana montrent à quel point le travail incroyable de ce dernier fut capable de susciter de nouvelles vocations dans le monde de la création de mode.

Leave a comment

* Required fields

Please note, comments must be approved before they are published